Les Décloîtrés

Posts in the Asie – Océanie category

Joyeux Noël ! 圣诞节愉快 !

Un matin froid d’hiver, le sac à dos bouclé, je suis partie des rues illuminées de Pékin pour voyager sur les rails chinoises. Voyager en décembre en Chine, c’est découvrir des manières étonnantes de célébrer Noël.

Il peut paraître paradoxal de fêter Noël en Chine puisque la grande majorité des Chinois ne sont pas chrétiens. Pourtant, la Chine est bel et bien l’atelier du Père Noël : les usines chinoises fabriquent 75 % des jouets vendus en Occident, 75% des objets de décorations de Noël et 80 % des sapins artificiels. La vision que nous avons de la Chine se résume trop souvent à celle-ci, celle de l’atelier du monde. Cette vision est très réductrice…

Elle oublie les quelques millions de chrétiens du pays qui illuminent leurs maisons de lanternes de papiers et se rendent dans les églises pour la messe de Noël. Elle ignore l’exportation de Noël en Chine qui, encore méconnu il y a 20 ans, est désormais un véritable phénomène de société.

Les « Dun Che Lao Ren - 蹲车老人» (Pères Noël) et les « arbres de lumière » décorés de petites lanternes se sont progressivement installés dans les centres commerciaux des grandes villes. Lors de ma visite à Guangzhou, grande ville du Canton à la culture consumériste développée, c’est cette célébration de la version commerciale de Noël qui m’a frappée.

Puis, arrivée à Hong-Kong, ville à la croisée de l’Orient et de l’Occident, Noël m’est aussi apparu comme un moyen de marquer une certaine attirance pour l’occident. Je garde d’ailleurs en mémoire une blague de mon amie hongkongaise à ce sujet : « Le Père Noël arrive dans le ciel chinois. A cause de la pollution, il tousse, s’évanouit et tombe au sol. Et comme il n’est pas très communiste, personne n’ose l’aider à se relever. »

J’ai ensuite découvert à l’ouest du pays une Chine plus authentique. Je me suis arrêtée à Guilin -桂林 -, ville connue pour ses magnifiques rizières.

10495048_10208312790205548_7789331992854346312_o

Cet univers magique m’a permis de réaliser que la Chine a également ses propres traditions le soir de Noël. La dénomination de Noël en mandarin est « Ping an Ye » dont la traduction littérale est « nuit de la paix ». Comme le mot pomme « pingguo » ressemble au mot paix « ping an », la coutume est de partager des pommes entre amis pour se porter chance.

12377899_10208312808726011_4554082130764435667_o

12405303_10208312834046644_1639218511_o

Et j’ai passé un réveillon incroyable à écouter des chants locaux près du lac des pagodes de la Lune et du Soleil, symboles de la ville…

Marion Hébert

Pour en savoir plus sur la Chine, allez visiter le site du module projet Au delà de la muraille.

La vie des Sentô

Morgane Olès, Kyoto, Japon

 

Faire trempette, au Japon, c’est important.

Sans doute avez-vous déjà entendu parler des fameux « Onsen », sources chaudes naturelles aux milles vertus supposées, autour desquelles les tenanciers ont bâti des auberges où l’on peut passer la nuit. Ces lieux sont l’une des destinations de détente favorites des japonais. On peut s’y immerger dans un bain commun plus ou moins luxueux, puis prendre le temps de se relaxer vêtu du traditionnel « Yukata »(entre le Kimono d’été et la robe de chambre). (suite…)

Julie Yeltsch, Sydney, Australie

 

Lundi 15 décembre, L’Australie a connu une (ou plutôt seize) heures sombres. Dix-sept personnes ont été prises en otage dan un café Lindt, à Martin Place, en plein cœur de Sydney. L’incident, qui a ébranlé tout le pays, s’est soldé par la mort de 3 personnes : le manager du café qui essayait de retirer l’arme du preneur d’otage, une dame de 38 ans qui a voulu protéger son amie enceinte, et le meneur de l’attaque, Man Haron Monis, qui est décédé de ses blessures à l’hôpital.

Photo 1 - Article attentat Martin PlaceIranien, et de confession chiite (puis converti au sunnisme), Monis se serait « autoproclamé cheikh » selon les autorités musulmanes australiennes. Connu des autorités, il «souffrait d’instabilité mentale» ; le 10 novembre, il avait annoncé sur son site internet avoir prêté allégeance au « calife des musulmans », Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef du groupe djihadiste État islamique, qui évolue actuellement en Irak et en Syrie. Stupéfaction palpable sur les réseaux iraniens : les Iraniens sont très majoritairement chiites, et les combattants de l’État islamique, de confession sunnite, se déclarent les ennemis jurés du chiisme.
Si le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné la prise d’otages en Australie, très peu de titres de presse iranienne ont rapporté les événements meurtriers de Sydney. (suite…)

Hong Kong et la menace chinoise

Margaux Lignel, Hong Kong, Chine ?

 

Les cours n’avaient pas encore commencé que nous étions prévenus : cette année allait être mouvementée. Dans son discours de bienvenue, le responsable des étudiants étrangers avait évoqué le mouvement qui se préparait, en guise de remise à niveau pour nous, exchange peu au fait de l’actualité législative hongkongaise.

En effet, un boycott des cours était annoncé pour la fin du mois de septembre, en réaction à l’annonce faite par Pékin que seuls les candidats adoubés par la toute-puissance chinoise seraient habilités à se présenter au poste de chef de l’exécutif en 2017. Cette décision, annoncée le 31 août, a été, pour employer un euphémisme, plutôt mal perçue par les Hongkongais, en particulier par la fédération des étudiants. Cette dernière a donc annoncée le 4 septembre un boycott de l’université dans le but de demander au NPC (le Congrès National du Peuple) de changer d’avis. Le petit poucet commençait enfin à se réveiller face à l’ogre chinois. (suite…)

Smog sur Manille

Adrien Rondeau, Manille, Philippines

«So much traffic today… » C’est ce que vous dira un chauffeur de taxi qui, voyant que vous êtes étranger, voudra vous faire payer un supplément au prétexte qu’aujourd’hui c’est jour d’embouteillages. Mais l’on s’aperçoit rapidement que les bouchons sont le pain quotidien de tout habitant de Manille. La congestion des axes ne fait pas que gêner les déplacements quotidiens de millions de personnes, elle génère surtout une pollution atmosphérique qui pulvérise tous les plafonds et constitue un problème majeur de santé publique.

La pollution atmosphérique a cela de tragique qu’elle s’étale, touchant sans distinction des millions de personnes tout en affectant comme toujours les plus vulnérables : enfants, vieillards, malades, et ceux ayant le moins accès aux soins médicaux. Une conséquence parmi d’autres : aux Philippines, les infections respiratoires sont la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans. Les études réalisées mettent d’abord en cause la pollution liée au trafic routier dans la mégapole, qui pèse lourd dans la balance statistique : Metro Manila (Manille plus son agglomération), c’est 12 millions d’habitants, 12% de la population du pays et 85% des urbains. (suite…)

«Binge drinking» à la japonaise

Robin Carpentier, Tokyo, Japon.

«Nomihodai», au Japon, c’est ainsi que l’on appelle le type d’établissement dans lequel des collègues, des amis, des partenaires d’entraînement, se retrouvent régulièrement en fin de journée pour boire de l’alcool à volonté. L’ambiance y est très conviviale, pour autant, cette excursion rituelle fermement inscrite dans la société japonaise est symbolique d’un rapport ambigu à l’alcool, allant d’une contrainte sociale pour les plus modérés à une fascination morbide pour l’ivresse pour les cas les plus extrêmes.

Au Japon, boire est partie intégrante de la socialisation. D’aucuns pourraient y voir une résultante directe des codes de politesses drastiques et de la distance formelle qu’entretiennent au quotidien les Japonais vis-à-vis de leur entourage. Il ne s’agit pas ici de généraliser abusivement : il n’est pas rare de pouvoir observer des démonstrations d’affection entre amis ou famille, d’autant plus dans le milieu étudiant où les codes de conduite sont sans doute plus relâchés qu’ailleurs. Il demeure qu’à l’image des différents degrés de politesse (une difficulté majeure dans l’apprentissage du japonais), la société nippone est fortement codifiée, la retenue est de rigueur dans la plupart des situations. (suite…)