Les Décloîtrés

Nous voilà (déjà) au mois de mars. Les échéances approchent. Génial mais stressant. Génial, parce que notre projet se concrétise de jour en jour. Stressant, car il faut être le plus réactif possible.
Toute l’équipe a mis le pied à l’étrier pour les dernières corrections, les dernières relectures, afin d’éviter fautes de frappe, erreurs d’orthographe, petites coquilles…Le temps d’une semaine, plusieurs sessions de vérifications ont été faites ; un vrai marathon bien rodé. Et sans aucune pitié !

Alors normalement, si tout se passe bien, notre magazine émerveillera même les grands pontes de l’Académie Française.

Margaux Legoff

Heureux comme un Français en Russie arrow-right
Next post

arrow-left Les accras de morue
Previous post